Fonge & florule

Fonge & florule

Pisolithus arrhizus

Pisolithus arhizus 3 blog.jpg

Photos Yvan Bernaer

 

 

Voila un champignon qui ne ressemble en rien à un champignon – mais bien plutôt à quelque objet exhumé lors d'une fouille archéologique. Une sorte de vase en métal, lourd et compact, rongé et éventré par le temps, dégorgeant une poussière de rouille – qui tache terriblement les mains et les vêtements.

Ce curieux Gastéromycète, unique en son genre, porte le nom de Pisolithus arrhizus (Scopoli) Rauschert – dont la traduction littérale pourrait être : organisme sans racine, capitonné de logettes contenant des pierres comme des pois. Nom de bric et de broc, qui sied assez bien à sa nature hybride, apparemment non fungique, mi-arbre, mi-minéral.

Pisolithus arrhizus est proche des sclérodermes, mais il s'en distingue par ses massifs fertiles individualisés (les pois dans les logettes), et par son enveloppe extérieure qui s'altère rapidement et met à vif ses coulées pulvérulentes de spores. Il porta aussi les épithètes d'arenarius et de tinctorius, eu égard à son affinité pour les sols sablonneux décalcifiés et ses propriétés tinctoriales.

Ce champignon est rare. En Belgique et dans le nord de la France, il se rencontre surtout sur les terrils charbonniers. En Indre, il a révélé sa présence cet automne en forêt de Châteauroux, aux alentours du rond-point Piéry. Il est à contempler avec curiosité... mais à laisser dans la nature.

 

(10 décembre 2015)

Pisolithus  arhizus 1 blog.jpg



15/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres