Fonge & florule

Fonge & florule

Panaeolus antillarum

Panaeolus antillarum 1 blog.jpg

Photo Yvan Bernaer

 

 

Les panéoles ont des lames papilionacées : elles sont telles des ailes de papillons, marbrées de plages plus ou moins claires ou foncées. Ce caractère étonnant est dû à la maturation non simultanée de leurs spores (qui sont noires à maturité).

Ces lames, on les dit aussi nébuleuses, nuageuses, pommelées. Le nom même des panéoles vient de cette caractéristique : du grec pan : tout, tout entier, et aiolos : nuancé, bigarré, diapré... autant d'adjectifs magnifiques qui s'ajoutent aux précédents et induisent la contemplation et la rêverie.

Les panéoles, champignons toxiques pour la plupart, sont proches des coprins. Nombre d'entre eux poussent dans les pâturages fumés ou sur les excréments des herbivores. Le nôtre : Panaeolus antillarum (Fries) Quélet, forme un somptueux capuchon blanc sur une montagne de crottin de cheval, dans une prairie surplombant l'Étang de Bellebouche.

Panaeolus semiovatus lui ressemble beaucoup ; qui plus est, il partage le même milieu et affiche les mêmes caractères microscopiques... mais il est doté d'un anneau dont notre champignon est dépourvu.

C'est un régal de regarder les grandes spores ellipsoïdes sous le microscope, noir foncé quand elles sont mûres, brunâtres à l'état immature ; d'admirer leur paroi lisse et épaisse ainsi que leur pore germinatif bien marqué.

 

(10 septembre 2015)



28/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres