Fonge & florule

Fonge & florule

Le Séneçon commun

Senecio vulgaris (2) blog.jpg

Photo Yvan Bernaer

 

Une tête garnie de cheveux blancs... telle celle d'un vieillard, voilà ce à quoi pensa Carl von Linné en regardant un capitule en graines de séneçon : du latin senex : vieux, à l'origine des mots français sénile, sénescence, senior...

Et il récidiva avec d'autres Composées*, pour les mêmes subjectives raisons. Ainsi créa-t-il le genre Erigeron : du grec gerôn : vieillard, d'où est issu le mot bien connu de gériatrie.

Ces noms eussent au reste pu convenir à bien d'autres Astéracées aux akènes surmontés d'une aigrette blanche et évoquant peu ou prou des têtes argentées par l'âge. Citons les chardons, les circes, les salsifis, les laiterons, les inules, les pissenlits, les épervières, les crépides, les asters...

Mais le Séneçon commun est jeune avant d'être vieux... et peut-être le demeure-t-il éternellement. Jeune dans la saison, d'abord, car il fait partie des premières plantes à fleurir au printemps. Et jeune dans la mesure où, tout en arborant précocement ses têtes chenues, il n'en présente pas moins sur le même pied des têtes juvéniles, encore en bouton ou tout juste en fleur.

En quelque sorte, malgré ses cheveux blancs, le Séneçon commun reste jeune... à l'instar de la plupart des seniors aujourd'hui.

La France est le creuset d'une trentaine d'espèces de séneçons. Le nôtre : Senecio vulgaris Linné, est l'hôte habituel des jardins, des terres retournées, des sables, des décombres et des trottoirs.

 

(16 avril 2015)

 

Les Composées, appelées maintenant Astéracées, sont une immense famille végétale dont les fleurs sont regroupées en capitules.

 

 

 

 



19/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres