Fonge & florule

Fonge & florule

Le Laiteron rude

Sonchus asper 2 blog.jpg

Photo Yvan Bernaer

 

Embrasser n'est pas le propre de l'homme. Les animaux embrassent, aussi, et même les plantes. Mais encore faut-il revenir au sens originel du verbe... quoi que...

Chez les plantes, ce sont les feuilles - par leur limbe ou leur pétiole – ou certaines annexes telles les stipules ou les bractées, qui embrassent. On les dit embrassantes ou amplexicaules (du latin amplexus : qui a embrassé, et caulis : tige). Pour être précis, elles se prolongent, souvent par des oreillettes, jusqu'à entourer et englober la tige.

Les feuilles de notre Laiteron rude : Sonchus asper (Linné) Hillebrand, non contentes d'être embrassantes, le sont d'une manière fort originale : en spirale, en escargot. C'est au reste cette disposition affective bien particulière qui le différencie au premier coup d'œil de son cousin le Laiteron maraîcher : Sonchus olearius, qui lui n'embrasse qu'à moitié, avec ses oreillettes horizontales et pointues.

Notons les autres différences entre ces deux laiterons proches, qui partagent les mêmes milieux : jardins potagers, bords des cultures, décombres. Le Laiteron rude exhibe des feuilles luisantes, un peu raides, dentées-épineuses ; celles du Laiteron maraicher sont plutôt ternes et faiblement spinuleuses. Mais c'est surtout au niveau des fruits mûrs qu'éclate la différence : ceux du premier, certes élargis en ailes, sont à peine chagrinés, alors que ceux du second sont superbement striés-perlés en travers. C'est un régal sous la loupe !

 

(9 juillet 2015)



13/07/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres