Fonge & florule

Fonge & florule

L'Amourette

Briza media 1 blog.jpg

Photo Richard Bernaer

 

Amourette, Herbe d'amour, Brize, Langue de femme, Mouvette, Tremblette, Pain d'oiseau... cette charmante graminée témoigne de sa popularité par la copieuse liste de noms vernaculaires qui lui sont attribués.

Quant à sa nomination scientifique : Briza media* Linné (du grec briza : sorte de seigle), elle nous laisse un tantinet sur notre désir. En effet, là où nous eussions imaginé quelque parenté avec la douce brise, voire espièglement avec un ou une brise-cœur qu'eussent attesté les épillets en cœur, nous demeurons dans l'insatisfaction vague d'une céréale un peu lourde et peu aérienne.

Revenons tangiblement à notre Brize. Son aptitude somptueuse est bien celle de frétiller au vent, et ce grâce à la légèreté de ses épillets pendants et violacés, suaves telle une peau de serpent.

Mais comme toute graminée dont le destin est de devenir panicule diffuse, elle émerge d'abord toute serrée de son étui de feuilles. Puis elle s'ouvre, s'étire, prend ses aises, étale ses longs et capillaires pédoncules lestés de ses sémillants petits cœurs, qui tremblotent et miroitent au vent.

L'Amourette accompagne joyeusement nos promenades en Berry, le long des chemins, dans les prairies et les bois frais.

 

(11 juin 2015)

 

Intermédiaire, notre Brize l'est, entre la Petite amourette (Briza minor), des champs sablonneux acides, et la Grande Amourette (Briza maxima), méditerranéenne.



13/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres